Touillac — Site imaginaire du Lot

Réseau à l'échelle N, mélange de différents sites proches de Souillac et de Cahors, au croisement de la radiale de Paris à Toulouse et de la transversale de Bordeaux à Aurillac ; une synthèse entre réalité et fantasme.

Situé entre 1971 et 1982 (époque IVa), il retrace les évolutions de l'exploitation de ces lignes du temps où le Capitole était un Trans Europ Express et les transversales assurées par des autorails sur plusieurs centaines de kilomètres.

361875DSC06808

149274DSC06806

Souillac

Le site ferroviaire de Souillac est très caractéristique : une succession de viaducs, pour la plupart en courbe réalisant une réorientation de la ligne à quasiment 180°, pour arriver à une gare en limite d'agglomération. Ci-dessous, nous voyons du fond vers l'avant les viaducs de Lamothe (métallique en ligne droite puis prolongé par une partie en maçonnerie en courbe) et de la Borréze lequel aboutit directement à la gare que l'on voit en bas à gauche. Immédiatement à droite du viaduc de la Borrèze, on distingue à peine une tranchée ; il s'agit de la voie menant à St Denis près Martel puis Aurillac. Cette voie a été déferrée au tout début des années 80.

Plus loin vers le sud, la voie traverse la Dordogne sur le viaduc de Mareuil.

38153.jpg

Crédits photographiques : 

Mercuès

Le site de Mercuès est très prisé des photographes et on trouve beaucoup de prises de vues tant dans les revues que sur le net. Il a d'ailleurs l'honneur de la couverture du Hors-Série de la revue le Train sur la ligne Paris-Toulouse. Cet à-pic rocheux, avec le Lot en contrebas et le château tout en haut permet une mise en valeur exceptionnelle des convois.

30198.jpg

Crédit photographique : Vincent Tournaire, extrait du site Survol de France.

Les lignes

Paris — Toulouse

Le grand intérêt de cette ligne, contrairement à la plupart des autres lignes comme Bordeaux - Toulouse, Lyon - Marseille, la Maurienne ou encore Orléans - Nantes, c'est qu'elle ne longe pas une rivière ou un fleuve mais passe de vallée en vallée : Vézère, Dordogne, Lot…

Cela impose de nombreux ouvrages d'arts, tunnels et ponts, ainsi que des rampes nombreuses. La ligne est difficile, les compositions courtes et pour tout dire… l'exploitant rechigne à faire passer son trafic sur une telle ligne mais préférera la vallée du Rhône ou de passer par Bordeaux pour relier le nord au sud. 

La section la plus intéressante de la ligne, à mes yeux, est celle de St Sulpice-Laurière à Caussade ; celle ou la vitesse limite est basse car la ligne très accidentée. La section du Lot correspond à celle de Brive la Gaillarde à Caussade. La vitesse y est limitée à 110 km/h pour tous trains de voyageurs. Les trains de marchandises y sont limités à 80 km/h (pour 100 km/h ailleurs).

Les rampes et pentes ne dépassent pas 10‰ mais cela suffit à limiter les tonnages : 

Voyageurs : 

  • CC 6500, BB 9200, BB 9300 : 900 t
  • BB 7200 : 950 t
  • BB 8500 : 700 t

Marchandises hors trains entiers :

  • CC 6500 : 1600 t
  • BB 8500, BB 9200, BB 9300 : 900 t
  • BB 7200 US : 1300 t
  • BB 7200 UM : 2020 t

Marchandises en trains entiers :

  • BB 7200 PV US : 1400 t pour 450 m
  • BB 7200 PV UM : 2200 t pour 680 m

Bordeaux — Aurillac

Itinéraire naturel, longeant la Dordogne puis, plus en amont, la Cère, il n'a jamais atteint le niveau qu'il devait. Il ne comporte qu'un seul rebroussement à St Denis près Martel. Aujourd'hui, la section de Sarlat à Cazoulès est déferrée comme celle de Souillac à Martel, entre Martel et St Denis, la voie est confiée au Chemin de Fer Touristique du Haut-Quercy.

Certes, il faut bien avouer qu'Aurillac n'est pas une destination naturellement très prisée… Il faut donc regarder plus à l'est. Plus à l'est, il y a Clermont-Ferrand et surtout Lyon. Seulement avant, il y a le Lioran et ses rampes infernales. Pas étonnant que la transversale Bordeaux - Lyon passe plus au nord, là où les déclivités sont moindres ; par Brive, Tulle et Clermont, soit carrément par Limoges et Montluçon.

Et si seulement… l'itinéraire plus court par le sud avait prévalu : Bordeaux - Bergerac - Souillac - St Denis - Aurillac - Arvant - Le Puy - St Etienne - Lyon ? C'est cette uchronie qui me tente et qui donne à l'itinéraire de St Denis à Aurillac notamment des allures de transversale et non de bout de ligne moribonde.

Bibliographie

Hors série Objectif Rail sur les CC 6500 du sud-ouest

Hors série Objectif Rail sur les BB Jacquemin

file.php?id=50569

181-308-thickbox.jpg

HS N°45 de la revue Le Train sur la ligne Paris - Toulouse (avec Mercuès en couverture…)

Spécial N°75 de la revue Le Train "Grands Train" Tome 2 : Capitole, Cisalpin, Kléber, Stanislas

La_ligne_Paris___4c3ed3f285b76.jpg

Les_Grands_Train_52497b5e0e1ee.jpg